Chronopolitique II

Les théories chronopolitiques que Fabian développe dans Time and the Other (1983) s’intègrent assez naturellement aux préoccupations sur la mondialisation, ce qui explique sans doute que le temps comme facteur de distinction sociale et raciale soit un thème repris aujourd’hui par plusieurs chercheurs orbitant autour des études postcoloniales et culturelle. Bruce Barnhart (2006)1 et M. Shadee Malaklou (2016)2, par exemple, ont utilisé la perspective de Fabian sur la chronopolitique pour donner l’impulsion initiale à l’analyse d’objets, littéraires pour Barnhart et télévisuels pour Malaklou. Dans ces deux études, le temps est compris en tant que marqueur d’une différence raciale et générateur d’une hiérarchie sociale.

Barnhart étudie une nouvelle de James Weldon Johnson, “The Autobiography of an Ex-Colored Man”, dans laquelle un homme, afro-américain, est engagé par un autre, caucasien, pour l’accompagner dans un voyage et lui jouer de la musique sur demande. Barnhart rapproche la relation qui lie les deux hommes à celle de l’esclave et de son maître en soulignant les rapports de pouvoir qui sont rendus évident dans la possession du temps de l’autre. Il pousse éventuellement son analyse vers l’étude des temporalités propres aux deux courants musicaux au coeur du récit de Johnson, soit le ragtime et la musique classique.

In Johnson’s hands, these musics appear not as detached aesthetic practices but as technologies of temporal and subjective shaping that are heavily invested in the struggle over the proper shape of American culture and not without their own relationship to political and institutional power. (2006 : 553)

M. Shadee Malaklou investit quant à lui les questions de sexualité et de race soulevées dans un épisode de l’émission de téléréalité Shahs of Sunset diffusé sur BravoTV en 2013-2014. Il observe des qualités allochroniques dans le discours et les actions de l’un des protagonistes de l’émission, Reza Farahan, un Iranien-Américain homosexuel, dans le but d’affirmer, sur une échelle raciste de blanc à noir, sa distance d’un autre protagoniste, Sasha Salehi, aussi Iranien-Américain et homosexuel, mais plus jeune, plus flamboyant et plus récemment émigré aux États-Unis que Reza.

Reza distances himself from Sasha in time by resurrecting Orientalist tropes in which an Iran untouched by the West gives birth to a pansexual people of indiscriminate libidos, polymorphous pleasures and ars erotic ineligible, like blacks, for racial modernity. (2016)

Des processus de distanciation temporelle peuvent être répertoriés dans l’ensemble des discours et pratiques qui constituent les sociétés. En étudiant les sphères culturelles de la musique et de la sexualité, Barnhart et Malaklou démontrent que les théories chronopolitiques de Fabian peuvent être appliquées à des objets divers, afin de débusquer les occurrences de l’allochronicité et d’en analyser les répercussions politiques.

Dans le cadre de mes recherches sur CyberPowWow, je compte m’appuyer en partie sur le courant d’analyse critique lancé par Fabian. Le concept de chronopolitique dans une perspective postcoloniale offre l’avantage d’initier une réflexion complémentaire au discours géopolitique déjà abondamment couvert par les chercheurs dans le domaine. L’expression “cyberespace”, à elle seule, évoque la métaphore territoriale qui est à l’origine des perceptions les plus répandues sur le monde numérique. Les thèmes de la frontière, de la conquête, de la navigation mais aussi ceux de la désincarnation et de l’abolition des distances sont récurrents dans les ouvrages traitant d’internet et des technologies du virtuel. Un vaste corpus de recherches se penche ainsi sur les interactions entre géopolitique, technologies numériques et communautés autochtones. Les questions territoriales et environnementales étant au coeur des revendications autochtones les plus médiatisées, il est naturel que l’étude des développements de ces problématiques géopolitiques à l’ère du numérique occupe un aussi grand nombre de chercheurs. Une urgente vague d’intérêt pour le futur des communautés autochtones se manifeste depuis quelques années et la dimension temporelle des questions autochtones gagne toutefois une  nouvelle importance. Peu d’auteurs ont, à ce jour, investi directement l’idée d’une chronopolitique en lien avec les nouveaux médias autochtones. Si la géopolitique permet de rendre compte de revendications pour un territoire autochtone, la chronopolitique devrait permettre, à son tour, de rendre compte de revendications pour un futur autochtone. Par le biais de ce concept, je souhaite étudier les phénomènes de représentation et d’auto-représentation autochtone dans le contexte numérique en tant que positionnements temporels complexes permettant l’affirmation d’une présence dynamique à travers l’histoire et d’un partage du temps empêchant toute prise d’un allochronisme dommageable.

Ian Klinke souligne toutefois, dans son article « Chronopolitics: A Conceptual Matrix » (2013)3, quelques failles dans lesquelles les théories chronopolitiques de Fabian risquent d’entraîner les chercheurs. Les fondements mêmes des études postcoloniales véhiculent une robuste logique temporelle binaire (colonie-postcolonie) qui peut occulter les multiples perspectives sur le temps qui existent de part et d’autre de l’expérience coloniale. La solution que propose Klinke pour pallier à cette faiblesse est d’envisager un pluralisme des temporalités (hétérotemporalité) au cœur des modernités occidentale et postcoloniale.

Il pourrait être pertinent de rappeler ici la perspective de Wallis sur la chronopolitique (présentée dans la première partie de cette exploration), en tant que concept permettant de rendre compte des relations entre la manière dont une communauté envisage le temps et les actions politiques qu’elle entreprend. Une analyse chronopolitique plus complète pourrait ainsi combiner à la fois l’étude des discours allochroniques producteurs d’oppression et celle des processus politiques mis à l’oeuvre par les groupes sociaux en fonction de leurs perspectives du futur (l’histoire est-elle prédéterminée ou formée au gré du libre-arbitre de ses acteurs?). En considérant le réseau complexe des temporalités, imaginées et réalisées, autour de CyberPowWow, il est possible de retracer les variations dans les relations de pouvoir entre les institutions muséales et les communautés autochtones.

Il me semble que la muséologie soit finalement un champ d’étude propice à l’observation des tensions de pouvoir au coeur de ces temporalités multiples. En suivant les hypothèses de Fabian et de Klinke, on peut postuler que les pratiques discursives des institutions muséales, entre musées d’arts, musées d’anthropologie et centres d’artistes autogérés, ou encore entre expositions physiques et plateformes numériques, sont propices à la manifestation d’effets temporels variés. En ajoutant à cela une analyse inspirée des écrits de Wallis, les actions des artistes impliqués dans CyberPowWow peuvent être éclairées par la manière dont ils envisagent leur futur. Je tenterai ainsi de montrer comment le collectif Nation2Nation a pris parti du jeu possible sur les temporalités muséographiques pour promouvoir l’empowerment de la communauté artistique autochtone.

1Barnhart, Bruce. 2006. « Chronopolitics and Race, Rag-Time and Symphonic Time in “The Autobiography of an Ex-Colored Man” ». African American Review 40 (3): 551‑69.

2Malaklou, M. Shadee. 2016. « On the Chronopolitics of Skin-ego: Antiblackness, Desire and Identification in Bravo TV’s Shahs of Sunset ». Rhizomes: Cultural Studies in Emerging Knowledge, no 29.

3Klinke, Ian. 2013. « Chronopolitics A Conceptual Matrix ». Progress in Human Geography 37 (5): 673-690.

Chronopolitique I

Dans le couple espace et temps, c’est le premier concept qui se voit le plus souvent associée au terme politique. La géopolitique a abondamment irrigué les domaines académique et journalistique contemporains. L’expression chronopolitique, cependant, reste peu utilisée. Je l’ai rencontrée pour la première fois dans un texte de Faye Ginsburg1, qui citait l’ouvrage Time and the Other de Johannes Fabian afin de critiquer le concept de “digital divide”. Ginsburg souhaitait contester une forme de racisme qui se nourrit de l’idée d’une position statique des communautés autochtones dans une sphère traditionnelle, à l’extérieur du monde contemporain. Le discours du “digital divide” est un discours spatial, certes, puisqu’il décrit entre autres le manque d’accès aux technologies numériques dans les communautés géographiquement éloignées. Il cache aussi toutefois un discours temporel plus pernicieux, qui sous-entend que sans le numérique, ces communautés sont recluses dans un primitivisme technologique les éloignant de la réalité partagée par l’ensemble des citoyens du 21e siècle. Au fil de mes recherches, j’ai pu constater que plusieurs ouvrages sur les nouveaux médias, la mondialisation et les communautés autochtones traitent plus ou moins directement de la problématique de cette division temporelle, entre tradition et technologie, entre autochtones et allochtones.2 Les qualités, réelles ou imaginées, et les effets de cette division seront passés en revue plus précisément dans mon mémoire. Pour l’instant, je chercherai à esquisser une généalogie du concept de chronopolitique tel qu’il s’est développé dans les sciences humaines depuis sa première apparition afin d’avoir une meilleure compréhension de ses applications possibles dans l’étude de CyberPowWow. Les recherches conduites à cet effet m’ont menée à identifier l’émergence du concept dans des ouvrages américains de sociologie de la seconde moitié du 20e siècle.

Wilbert Ellis Moore semble être le premier chercheur contemporain à s’intéresser précisément au temps, en tant qu’acteur social et référence quantitative, dans une perspective qui se veut dégagée de pensée religieuse ou philosophique. Il publie en 1963 un livre intitulé Man, Time and Society, dans lequel il propose d’observer les rôles que joue le temps dans les structures sociales, une question qu’il juge négligée, à cette époque, dans le domaine des sciences humaines . Moore tente de dresser un panorama complet du temps social en partant de l’unité « individu » (l’organisation de ses activités, à court et à long terme), pour ensuite se pencher sur les organisations (“family”, “administrative”, “voluntary”), et finalement sur les systèmes à grande échelle (la ville, l’économie, l’histoire). Il s’agit ainsi d’une étude tentant de couvrir une vaste partie de la réalité sociale occidentale et d’expliciter ses relations multiples avec la variable “temps”.

Une année plus tard, Max Heirich poursuit cette réflexion dans un article pour l’American Sociological Review intitulé « The Use of Time in the Study of Social Change ». Il y esquisse une typologie des perspectives sur le concept de temps, telles qu’elles permettent d’appuyer la formulation d’hypothèses sur les changements sociaux. Les quatre usages qu’il distingue sont les suivants : « Time can be used as a social factor in the explanation of changes, as a causal link between other elements, as a quantitative measure of them, or as a qualitative measure of their interplay. » (1963 : 368-387) L’usage favorisant l’éclosion des théories chronopolitiques se trouve principalement contenu dans la perspective du temps comme facteur social. Heirich décompose cette perspective en deux sous-catégories, soit le temps en tant que ressource et le temps en tant que signification sociale.

George W. Wallis explore plus en profondeur cette idée en 1970 dans un article intitulé « Chronopolitics: The Impact of Time Perspectives on the Dynamics of Change » pour la revue Social Forces. Dans son étude sur les idéologies et attitudes associées au changement au sein des groupes sociaux, il développe (potentiellement le premier) l’idée d’une chronopolitique, comme manifestation sociale d’une vision du temps. « One significant aspect of beliefs is related to the manner in which certain views and attitudes toward time and toward the nature of change leads to a form of chronopolitics. The term chronopolitics is used here to emphasize the relationship between the political behavior of individuals and groups and their time-perspectives. » (1970 : 102)

Cette première formulation d’une chronopolitique émergeant de la sociologie américaine est popularisée dans les années 1980, lorsque traduite dans le champ de l’anthropologie par Johannes Fabian avec son ouvrage Time and the Other (1983). L’auteur y voit un outil original pour établir les bases de sa critique des pratiques ethnographiques contemporaines. Fabian se positionne en quelque sorte dans la lignée de Wallis et Heirich, mais plutôt que d’élaborer une théorie du changement, il propose d’analyser sous l’angle postcolonial les significations sociales du temps générées par le discours académique anthropologique. Sa vision de la chronopolitique envisage plus précisément l’étude des « usages oppressifs du temps ». Ces usages incluent un vaste champ de pratiques et de discours, allant de l’esclavage à la représentation des harems par les peintres français du 19e siècle. Fabian concentre ses observations sur les pratiques ethnographiques, qu’il dit fondées sur une contradiction : la recherche sur le terrain implique que le chercheur partage le temps de son objet d’étude, mais le compte-rendu de cette recherche en contexte académique implique une mise à distance discursive de l’objet d’étude, l’implication qu’il appartient à une temporalité autre. Fabian développe le concept d’allochronicité afin de décrire la ségrégation qui se crée entre le chercheur et l’Autre. Cette allochronicité, qu’il constate dans l’écriture ethnographique et que d’autres dénonceront dans divers contextes, assure la stabilité des relations de pouvoir entre l’Occident et le reste du monde.

Les théories de Johannes Fabian cristallisent un usage bien précis du concept de chronopolitique, permettant de rendre compte des relations de pouvoir à l’oeuvre dans le monde “postcolonial” par l’étude des différents discours sur le temps générés par l’académie (évolution, progrès, modernité, tradition, digital era/digital divide, etc.). Dans la prochaine partie de cette exploration, je continuerai à suivre le fil des apparitions du concept de chronopolitique jusqu’à aujourd’hui. Je conclurai la courte revue de littérature esquissée dans ces deux articles par un retour à mon objet d’étude principal, en évaluant la pertinence de la perspective chronopolitique dans l’étude du projet CyberPowWow.

1 Ginsburg, Faye. 2008. « Rethinking the Digital Age ». Dans Global Indigenous Media: Cultures, Poetics, and Politics, édité par Pamela Wilson et Michelle Stewart, 347‑73. Durham, NC: Duke University Press.

2 Voir, entre autres, Alia 2010, Tabobondung 2010, Ginsburg 1991, Hopkins 2006, Raheja 2007.

Réflexion critique sur ma position

La lecture des ouvrages Indigenous Methodologies: Characteristics, Conversations and Contexts (2009) de Margaret Kovach et Research as Resistance (2015) édité par Susan Strega et Leslie Brown m’encourage à inaugurer la mise en ligne de ce carnet de recherche par un billet visant à me présenter. Les approches autochtones et anti-oppressives de la recherche proposent toutes deux d’expliciter les intentions du chercheur et d’entretenir un processus de réflexion critique sur le contexte (social, historique, politique, émotionnel, idéologique) duquel sa démarche émerge. Une telle position méthodologique implique pour le chercheur d’assumer la responsabilité de sa subjectivité en prenant conscience de l’ensemble des mécanismes qui forment sa pensée afin de les exposer en toute transparence et d’en modérer judicieusement les influences.

Voici donc des informations qui permettront de contextualiser les choix qui m’ont amenée à me lancer dans des recherches sur CyberPowWow (CPW). Je suis une jeune femme québécoise ayant grandi en banlieue de Montréal. Grâce aux encouragements et au support de mes parents, j’ai eu la chance de poursuivre des études qui m’ont conduite, aujourd’hui, à la maîtrise en histoire de l’art à l’Université de Montréal. C’est après avoir complété, au premier cycle, une majeure dans le même domaine et un certificat en archivistique, que j’ai désiré entreprendre un projet de recherche portant, de manière très générale, sur la muséologie numérique. Au début de ce parcours au deuxième cycle, je n’avais aucune idée précise de ce sur quoi porterait mon mémoire mais j’espérais pouvoir y exprimer ma sensibilité pour les questions propres aux communautés artistiques marginalisées. J’avais rencontré le travail de l’artiste Skawennati lors de la biennale de Montréal de 2014, édition justement intitulée « L’avenir (looking forward) », dans laquelle le projet Time TravellerTM était présenté. Avant de formuler mon projet de recherche pour la maîtrise, je connaissais donc l’existence de CPW, galerie en ligne d’art numérique autochtone. J’ai toutefois longuement hésité avant de choisir ce projet comme objet d’étude. Plusieurs craintes et doutes me retenaient de m’engager dans cette voie et planent toujours aujourd’hui sur mes réflexions. La position privilégiée d’universitaire blanche de laquelle j’effectue cette recherche pose un risque éthique substantiel. La question de la prise de parole reste épineuse dans le contexte colonial canadien. L’histoire des interventions menées dans les communautés autochtones par les institutions occidentales (Église, gouvernements, universités) est marquée par une indicible horreur (Younging, Dewar, DeGagné, et Fondation autochtone de guérison, 2009). Plusieurs efforts ont été déployés dans les dernières années afin de réparer les innombrables erreurs qui ont été commises, ou du moins, dans le but d’engager une conversation entre les partis visés. La population canadienne reste, somme toute, peu sensibilisée aux enjeux autochtones actuels. Plusieurs figures autochtones prennent position dans les sphères publique et privée avec l’intention d’améliorer la qualité de vie de leur communauté. Ce sont ces paroles et ces actes qui participent à la construction des futurs autochtones. Dans ce vaste chantier, la sensibilisation et la participation des non-autochtones reste toutefois un atout. La position de l’allié, bien qu’aussi délicate, doit être assumée par plus de Canadiens afin d’assurer une place digne aux communautés autochtones sur leur propre territoire. J’espère, avec la réalisation de cette recherche, pouvoir être considérée comme une voix alliée dans la promotion des enjeux contemporains du monde de l’art autochtone.

Je souhaite ici préciser que l’affirmation de ma position privilégiée peut elle aussi se révéler problématique, en ce qu’elle risque d’occulter les accomplissements considérables de la communauté d’artistes autochtones que je compte étudier en accordant peut-être trop d’importance à la question de la position sociopolitique et trop peu à celle de la pratique (fruit du travail et de la persévérance). Le collectif Nation2Nation est né d’une rencontre entre jeunes autochtones étudiant en arts visuels à l’Université Concordia. Ses membres sont aujourd’hui devenus des artistes et professeurs reconnus des milieux académiques et artistiques internationaux. Nous partageons ainsi une appartenance au monde universitaire, dans lequel leur réputation est déjà solidement ancrée, tandis que je suis encore une étudiante en processus d’apprentissage. La renommée des acteurs de CPW, construite sur des années de travail et d’innovations, permet d’envisager une relation de recherche où la connaissance réside entre leurs mains et où je tâche d’étudier leur expérience de la manière la plus juste qui soit. Je reste consciente des structures politiques et historiques à l’œuvre dans cette situation mais reconnais aussi la position de pouvoir institutionnel méritée par ces artistes, travaillant de l’intérieur du système pour mieux le transformer.

Je compléterai ce billet en présentant les intentions qui me motivent à poursuivre ce projet de recherche. Je souhaite participer à la diffusion de la connaissance sur CPW et les stratégies muséographiques autochtones du côté des institutions francophones du pays. Toutes les études menées sur le sujet ont été réalisées en anglais. Le projet émergeant de Montréal, il semble crucial d’entamer une discussion dans les institutions francophones de la ville. Le fait de réaliser ce projet dans un cadre académique afin d’obtenir un diplôme et celui de voir mon nom associé à la recherche ne peuvent être négligés mais restent, à mes yeux, secondaires. De manière plus générale, j’espère que ce mémoire marquera le début d’une carrière dévouée au développement de stratégies muséographiques inclusives afin d’assurer une meilleure représentation aux communautés artistiques marginalisées par les institutions.