Demain, hier : « Tomorrow People » de Skawennati à Oboro

J’ai récemment eu la chance de visiter la nouvelle exposition de Skawennati : « Tomorrow People ». L’événement réunit ses plus récentes œuvres dans les galeries d’Oboro et s’inscrit dans la programmation officielle du 375e anniversaire de Montréal et d’Art souterrain 2017. Dans l’expérience que j’en ai vécue, l’exposition gravite autour du machinima She Falls for Ages (2017). Projetée au mur d’une petite salle close, l’œuvre reprend et transforme un récit de création Haudenosaunee retraçant l’origine de la Grande Tortue (A’nó :wara Kawé :note, Turtle Island, le continent américain). Des images tirées du machinima (machinimagraphes) sont exposées dans la salle adjacente.

Skawennati et l’équipe d’Aboriginal Territories in Cyberspace avaient déjà signé la création d’une série en machinima entre 2008 et 2013 avec TimeTravellertm. She Falls for Ages reprend plusieurs thèmes développés dans la série précédente – les traditions autochtones, l’histoire des Amériques, la science-fiction, la fluidité du temps – et les réinvestit avec la sensibilité, la subtilité et l’originalité qui sont propres à l’artiste.

Le récit de création débute dans Skyworld, un monde idéal dépeint par Skawennati avec une touche futuriste sur laquelle je reviendrai plus tard. Les habitants de Skyworld mènent une vie paisible autour de l’Arbre céleste (the Celestial Tree), une création formidable dont la vitalité est liée à celle des habitants. Une mère discute avec ses enfants, deux jumeaux aux talents particuliers. La jeune fille,  dont le nom peut être traduit par Ancient Flower, est télépathe, tandis que son frère pratique la télékinésie. L’oncle des enfants, lui-même jumeau de leur mère, les rencontre et propose de les accompagner dans le développement de leurs habilités. Pendant ce temps, la lumière contenue dans les bourgeons de l’arbre commence à vaciller. Le gardien de l’Arbre et son mentor s’inquiètent. Les années passent et Ancient Flower est amenée à jouer un rôle primordial dans le passage inévitable de Skyworld vers un nouveau monde. Lorsque toute lumière quitte l’Arbre, elle est fin prête à assumer cette responsabilité. Portant en elle l’enfant du gardien de l’arbre et dans son collier, des semences pour le nouveau monde, elle quitte Skyworld en un saut et tombe dans l’espace pour un temps incalculable. « She falls for ages ». Après ce qui semble être une éternité, des oies observent sa chute, inquiètes, et l’interceptent. D’un commun accord avec la Grande Tortue, elles la déposent sur son dos, seule surface existant sur les eaux. La Tortue demande à son tour l’aide des animaux. La Loutre, le Rat musqué et le Castor essaient tour à tour d’aller chercher pour Ancient Flower une poignée de terre au fond de l’océan. Le Rat musqué, dernier à tenter l’aventure, réussit après que tous aient perdu espoir de jamais le revoir. Ancient Flower plante les semences dans cette poignée de terre sur le dos de la Tortue et danse jusqu’à ce que d’immenses tournesols y poussent. Ainsi est créée la terre qui sera peuplée par les descendants d’Ancient Flower.

Avec She Falls for Ages, Skawennati propose une lecture originale de ce récit de création, informée par son engagement pour la revitalisation des futurs autochtones et son amour pour la science-fiction. L’intitulé de l’exposition, « Tomorrow People », lorsque superposé au récit du machinima, semble pointer vers une conception fluide du temps. En effet, les personnages évoluant dans Skyworld sont présentés comme un « peuple du futur ». Cette idée est suggérée visuellement par leurs vêtements, des costumes blancs dignes des designers les plus audacieux, l’architecture de leurs habitations, toutes en courbes et en espaces ouverts, et les couleurs acidulées, l’effet néon qui sature les scènes. La musique composée pour le film joue aussi un rôle dans cette impression futuriste avec ses accents new wave et techno. Ce peuple du futur, comme nous le découvrons au fil du récit, est en fait l’ancêtre de tous les peuples qui naîtront sur la Grande Tortue. Futur et passé se brouillent, s’intègrent à une conception temporelle cyclique plutôt que progressive. La civilisation parfaite, harmonieuse, épanouie du début de She Falls for Ages est une civilisation passée, mais peut être envisagée à la fois comme une civilisation future, une utopie vers laquelle les communautés autochtones d’aujourd’hui peuvent tendre. Traditions, spiritualité, langues, récits et valeurs Haudenosaunee sont essentiels dans le programme de revitalisation que l’art de Skawennati propose, mais sont présentés comme des éléments adaptables, flexibles, ayant un potentiel de fécondité dans des milieux aussi  variés que la ville, la famille, la galerie, la communauté, le cyberespace. Le choix de tourner ce film en machinima dans l’environnement virtuel de Second Life évoque cette adaptabilité. Il témoigne de la flexibilité des énoncés autochtones, de l’actualité de leurs discours, de la complexité de leurs identités.

Dans la grande salle d’Oboro, trois poupées-avatars de Skawennati, formant l’oeuvre Generation of Play 3D (2017), sont exposées sur des socles, côte à côte. La première est réalisée avec des feuilles de maïs en suivant une technique traditionnelle, la seconde reprend une Barbie vêtue d’un costume personnalisé et la troisième est créée par impression 3D. La multiplication des avatars et la superposition des technologies assurent, de manière similaire au discours émergeant de She Falls for Ages, la possibilité d’une unité, d’une continuité identitaire indépendante des fluctuations politiques ou technologiques. Encore une fois, avec « Tomorrow People », le travail de Skawennati vient habilement jouer sur notre perception du temps par la combinaison de technologies multiples et connotées dans la création de récits et d’images empruntant autant aux traditions autochtones qu’aux codes de la science-fiction.