Demain, hier : « Tomorrow People » de Skawennati à Oboro

J’ai récemment eu la chance de visiter la nouvelle exposition de Skawennati : « Tomorrow People ». L’événement réunit ses plus récentes œuvres dans les galeries d’Oboro et s’inscrit dans la programmation officielle du 375e anniversaire de Montréal et d’Art souterrain 2017. Dans l’expérience que j’en ai vécue, l’exposition gravite autour du machinima She Falls for Ages (2017). Projetée au mur d’une petite salle close, l’œuvre reprend et transforme un récit de création Haudenosaunee retraçant l’origine de la Grande Tortue (A’nó :wara Kawé :note, Turtle Island, le continent américain). Des images tirées du machinima (machinimagraphes) sont exposées dans la salle adjacente.

Skawennati et l’équipe d’Aboriginal Territories in Cyberspace avaient déjà signé la création d’une série en machinima entre 2008 et 2013 avec TimeTravellertm. She Falls for Ages reprend plusieurs thèmes développés dans la série précédente – les traditions autochtones, l’histoire des Amériques, la science-fiction, la fluidité du temps – et les réinvestit avec la sensibilité, la subtilité et l’originalité qui sont propres à l’artiste.

Le récit de création débute dans Skyworld, un monde idéal dépeint par Skawennati avec une touche futuriste sur laquelle je reviendrai plus tard. Les habitants de Skyworld mènent une vie paisible autour de l’Arbre céleste (the Celestial Tree), une création formidable dont la vitalité est liée à celle des habitants. Une mère discute avec ses enfants, deux jumeaux aux talents particuliers. La jeune fille,  dont le nom peut être traduit par Ancient Flower, est télépathe, tandis que son frère pratique la télékinésie. L’oncle des enfants, lui-même jumeau de leur mère, les rencontre et propose de les accompagner dans le développement de leurs habilités. Pendant ce temps, la lumière contenue dans les bourgeons de l’arbre commence à vaciller. Le gardien de l’Arbre et son mentor s’inquiètent. Les années passent et Ancient Flower est amenée à jouer un rôle primordial dans le passage inévitable de Skyworld vers un nouveau monde. Lorsque toute lumière quitte l’Arbre, elle est fin prête à assumer cette responsabilité. Portant en elle l’enfant du gardien de l’arbre et dans son collier, des semences pour le nouveau monde, elle quitte Skyworld en un saut et tombe dans l’espace pour un temps incalculable. « She falls for ages ». Après ce qui semble être une éternité, des oies observent sa chute, inquiètes, et l’interceptent. D’un commun accord avec la Grande Tortue, elles la déposent sur son dos, seule surface existant sur les eaux. La Tortue demande à son tour l’aide des animaux. La Loutre, le Rat musqué et le Castor essaient tour à tour d’aller chercher pour Ancient Flower une poignée de terre au fond de l’océan. Le Rat musqué, dernier à tenter l’aventure, réussit après que tous aient perdu espoir de jamais le revoir. Ancient Flower plante les semences dans cette poignée de terre sur le dos de la Tortue et danse jusqu’à ce que d’immenses tournesols y poussent. Ainsi est créée la terre qui sera peuplée par les descendants d’Ancient Flower.

Avec She Falls for Ages, Skawennati propose une lecture originale de ce récit de création, informée par son engagement pour la revitalisation des futurs autochtones et son amour pour la science-fiction. L’intitulé de l’exposition, « Tomorrow People », lorsque superposé au récit du machinima, semble pointer vers une conception fluide du temps. En effet, les personnages évoluant dans Skyworld sont présentés comme un « peuple du futur ». Cette idée est suggérée visuellement par leurs vêtements, des costumes blancs dignes des designers les plus audacieux, l’architecture de leurs habitations, toutes en courbes et en espaces ouverts, et les couleurs acidulées, l’effet néon qui sature les scènes. La musique composée pour le film joue aussi un rôle dans cette impression futuriste avec ses accents new wave et techno. Ce peuple du futur, comme nous le découvrons au fil du récit, est en fait l’ancêtre de tous les peuples qui naîtront sur la Grande Tortue. Futur et passé se brouillent, s’intègrent à une conception temporelle cyclique plutôt que progressive. La civilisation parfaite, harmonieuse, épanouie du début de She Falls for Ages est une civilisation passée, mais peut être envisagée à la fois comme une civilisation future, une utopie vers laquelle les communautés autochtones d’aujourd’hui peuvent tendre. Traditions, spiritualité, langues, récits et valeurs Haudenosaunee sont essentiels dans le programme de revitalisation que l’art de Skawennati propose, mais sont présentés comme des éléments adaptables, flexibles, ayant un potentiel de fécondité dans des milieux aussi  variés que la ville, la famille, la galerie, la communauté, le cyberespace. Le choix de tourner ce film en machinima dans l’environnement virtuel de Second Life évoque cette adaptabilité. Il témoigne de la flexibilité des énoncés autochtones, de l’actualité de leurs discours, de la complexité de leurs identités.

Dans la grande salle d’Oboro, trois poupées-avatars de Skawennati, formant l’oeuvre Generation of Play 3D (2017), sont exposées sur des socles, côte à côte. La première est réalisée avec des feuilles de maïs en suivant une technique traditionnelle, la seconde reprend une Barbie vêtue d’un costume personnalisé et la troisième est créée par impression 3D. La multiplication des avatars et la superposition des technologies assurent, de manière similaire au discours émergeant de She Falls for Ages, la possibilité d’une unité, d’une continuité identitaire indépendante des fluctuations politiques ou technologiques. Encore une fois, avec « Tomorrow People », le travail de Skawennati vient habilement jouer sur notre perception du temps par la combinaison de technologies multiples et connotées dans la création de récits et d’images empruntant autant aux traditions autochtones qu’aux codes de la science-fiction.

Initiatives en arts numériques autochtones

Voici une liste non exhaustive des initiatives similaires ou connexes au projet CyberPowWow. D’autres éléments pourront y être ajoutés au fil de mes découvertes.

Banff Center for the Arts

Vancouver

Drumbytes.org – Aboriginal Media Arts

Site web émergeant du rassemblement Drumbeats to Drumbytes au Banff Center for the Arts en 1994.

“… a nation-wide computer-based multimedia telecommunications network for Aboriginal and Indigenous artists working in digital media…”

– Steve Loft

Archivé depuis 2015, les fonctionnalités et hyperliens originaux ne sont pas tous accessibles.

Jaw Rez

Premier site web conçu par Edward Poitras en 1996. Description trouvée via l’article de Mike MacDonald pour la revue ConunDrum.

Grunt Gallery

Vancouver

ATA : “The Activating the Archives (ATA) project was launched in 2010. The first installment of this project took place from 2010-2011, and represents grunt’s largest digital archives initiative to date. Volunteers, staff, interns, and artists worked to select and digitize material from the archives to create six curated websites and the beginnings of an online database that contextualizes past exhibitions with present-day projects and seeks to provide easy access to past exhibition information online.”

Ghostkeeper – the Work of Ahasiw Maskegon-Iskwew

Site web développé dans le cadre de la série Activating the Archive (ATA).

INDIANacts

Site web développé dans le cadre de la série Activating the Archive (ATA).

Beat Nation – Hip Hop as Indigenous Culture

Exposition virtuelle conçue en 2008 par les commissaires Tania Willard et Skeena Reece sur le thème de la culture hip hop dans les communautés de jeunes autochtones.

Urban Shaman Gallery

Winnipeg

Storm Spirits – Aboriginal New Media Art

Série d’exposition virtuelles organisées par Urban Shaman Gallery à Winnipeg en collaboration avec Musée virtuel Canada entre 2005 et 2007.

ConunDrum Online – Journal of Contemporary Aboriginal Artists & Aesthetics

“ConunDrumOnline is an art magazine exploring Aboriginal art and aesthetics for and by Aboriginal artists, art and art history teachers and professors, students, gallery curators, arts writers and other arts professionals.”

E-zine actif entre 2005 et 2007, années entre lesquelles quatre volumes furent produits.

Autres

Scouting for Indians

Site web interactif conçu par Jeff Thomas. Date inconnue.

Dene/Cree Elderspeak

Base de données en ligne regroupant des histoires d’aînés, site web conçu par Cheryl L’Hirondelle en 1999 et aujourd’hui hébergé par Horizon Zero.

Artinjun

“Artinjun.ca is a net.art project that supports radical inclusivity and welcomes innovative approaches to Aboriginal new media, electronic art and online Indigenous language, music and art projects, organizations and collectives vis-a-vis our evolving relationship with contemporary society via the world wide web.”

Initiative de Cheryl L’Hirondelle en trois versions, la plus récente datant de 2008. Pratiquement aucune activité, la majorité des liens sont brisés. Contient tout de même une liste des membres. Basé sur le modèle de artengine.ca.

Cheryl L’Hirondelle a réalisé de nombreux autres projets en ligne. Voir son site web pour une liste de tous ses projets.

Isi-pîkiskwêwin-Ayapihkêsîsak (Speaking the Language of Spiders)

“This project is an Internet World Wide Web site that consists of an interactive screenplay and multi-media storyboard. The underlying thematic context of the screenplay is based on an examination of the differences in world view and the construction of reality that occur between cultures structured by First Nations languages and those constructed by English language.”

– Ahasiw Maskegon-Iskwew, December 11, 1996

cyberTribe

Galerie d’arts numériques autochtones lancée en 2000 par Jenny Fraser en Australie.