Chronopolitique I

Dans le couple espace et temps, c’est le premier concept qui se voit le plus souvent associée au terme politique. La géopolitique a abondamment irrigué les domaines académique et journalistique contemporains. L’expression chronopolitique, cependant, reste peu utilisée. Je l’ai rencontrée pour la première fois dans un texte de Faye Ginsburg1, qui citait l’ouvrage Time and the Other de Johannes Fabian afin de critiquer le concept de “digital divide”. Ginsburg souhaitait contester une forme de racisme qui se nourrit de l’idée d’une position statique des communautés autochtones dans une sphère traditionnelle, à l’extérieur du monde contemporain. Le discours du “digital divide” est un discours spatial, certes, puisqu’il décrit entre autres le manque d’accès aux technologies numériques dans les communautés géographiquement éloignées. Il cache aussi toutefois un discours temporel plus pernicieux, qui sous-entend que sans le numérique, ces communautés sont recluses dans un primitivisme technologique les éloignant de la réalité partagée par l’ensemble des citoyens du 21e siècle. Au fil de mes recherches, j’ai pu constater que plusieurs ouvrages sur les nouveaux médias, la mondialisation et les communautés autochtones traitent plus ou moins directement de la problématique de cette division temporelle, entre tradition et technologie, entre autochtones et allochtones.2 Les qualités, réelles ou imaginées, et les effets de cette division seront passés en revue plus précisément dans mon mémoire. Pour l’instant, je chercherai à esquisser une généalogie du concept de chronopolitique tel qu’il s’est développé dans les sciences humaines depuis sa première apparition afin d’avoir une meilleure compréhension de ses applications possibles dans l’étude de CyberPowWow. Les recherches conduites à cet effet m’ont menée à identifier l’émergence du concept dans des ouvrages américains de sociologie de la seconde moitié du 20e siècle.

Wilbert Ellis Moore semble être le premier chercheur contemporain à s’intéresser précisément au temps, en tant qu’acteur social et référence quantitative, dans une perspective qui se veut dégagée de pensée religieuse ou philosophique. Il publie en 1963 un livre intitulé Man, Time and Society, dans lequel il propose d’observer les rôles que joue le temps dans les structures sociales, une question qu’il juge négligée, à cette époque, dans le domaine des sciences humaines . Moore tente de dresser un panorama complet du temps social en partant de l’unité « individu » (l’organisation de ses activités, à court et à long terme), pour ensuite se pencher sur les organisations (“family”, “administrative”, “voluntary”), et finalement sur les systèmes à grande échelle (la ville, l’économie, l’histoire). Il s’agit ainsi d’une étude tentant de couvrir une vaste partie de la réalité sociale occidentale et d’expliciter ses relations multiples avec la variable “temps”.

Une année plus tard, Max Heirich poursuit cette réflexion dans un article pour l’American Sociological Review intitulé « The Use of Time in the Study of Social Change ». Il y esquisse une typologie des perspectives sur le concept de temps, telles qu’elles permettent d’appuyer la formulation d’hypothèses sur les changements sociaux. Les quatre usages qu’il distingue sont les suivants : « Time can be used as a social factor in the explanation of changes, as a causal link between other elements, as a quantitative measure of them, or as a qualitative measure of their interplay. » (1963 : 368-387) L’usage favorisant l’éclosion des théories chronopolitiques se trouve principalement contenu dans la perspective du temps comme facteur social. Heirich décompose cette perspective en deux sous-catégories, soit le temps en tant que ressource et le temps en tant que signification sociale.

George W. Wallis explore plus en profondeur cette idée en 1970 dans un article intitulé « Chronopolitics: The Impact of Time Perspectives on the Dynamics of Change » pour la revue Social Forces. Dans son étude sur les idéologies et attitudes associées au changement au sein des groupes sociaux, il développe (potentiellement le premier) l’idée d’une chronopolitique, comme manifestation sociale d’une vision du temps. « One significant aspect of beliefs is related to the manner in which certain views and attitudes toward time and toward the nature of change leads to a form of chronopolitics. The term chronopolitics is used here to emphasize the relationship between the political behavior of individuals and groups and their time-perspectives. » (1970 : 102)

Cette première formulation d’une chronopolitique émergeant de la sociologie américaine est popularisée dans les années 1980, lorsque traduite dans le champ de l’anthropologie par Johannes Fabian avec son ouvrage Time and the Other (1983). L’auteur y voit un outil original pour établir les bases de sa critique des pratiques ethnographiques contemporaines. Fabian se positionne en quelque sorte dans la lignée de Wallis et Heirich, mais plutôt que d’élaborer une théorie du changement, il propose d’analyser sous l’angle postcolonial les significations sociales du temps générées par le discours académique anthropologique. Sa vision de la chronopolitique envisage plus précisément l’étude des « usages oppressifs du temps ». Ces usages incluent un vaste champ de pratiques et de discours, allant de l’esclavage à la représentation des harems par les peintres français du 19e siècle. Fabian concentre ses observations sur les pratiques ethnographiques, qu’il dit fondées sur une contradiction : la recherche sur le terrain implique que le chercheur partage le temps de son objet d’étude, mais le compte-rendu de cette recherche en contexte académique implique une mise à distance discursive de l’objet d’étude, l’implication qu’il appartient à une temporalité autre. Fabian développe le concept d’allochronicité afin de décrire la ségrégation qui se crée entre le chercheur et l’Autre. Cette allochronicité, qu’il constate dans l’écriture ethnographique et que d’autres dénonceront dans divers contextes, assure la stabilité des relations de pouvoir entre l’Occident et le reste du monde.

Les théories de Johannes Fabian cristallisent un usage bien précis du concept de chronopolitique, permettant de rendre compte des relations de pouvoir à l’oeuvre dans le monde “postcolonial” par l’étude des différents discours sur le temps générés par l’académie (évolution, progrès, modernité, tradition, digital era/digital divide, etc.). Dans la prochaine partie de cette exploration, je continuerai à suivre le fil des apparitions du concept de chronopolitique jusqu’à aujourd’hui. Je conclurai la courte revue de littérature esquissée dans ces deux articles par un retour à mon objet d’étude principal, en évaluant la pertinence de la perspective chronopolitique dans l’étude du projet CyberPowWow.

1 Ginsburg, Faye. 2008. « Rethinking the Digital Age ». Dans Global Indigenous Media: Cultures, Poetics, and Politics, édité par Pamela Wilson et Michelle Stewart, 347‑73. Durham, NC: Duke University Press.

2 Voir, entre autres, Alia 2010, Tabobondung 2010, Ginsburg 1991, Hopkins 2006, Raheja 2007.


Une réflexion au sujet de « Chronopolitique I »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *